la carnivore pourpre
maryse pelletier

Au tournant des années 40, au Québec, vivait un savant dont la notoriété dépassait les étroites frontières d’une province fermée sur elle-même. Poète, écrivain, professeur, religieux, fondateur d’une faculté universitaire, ce savant autodidacte avait su se faire connaître, sans faire scandale, dans le domaine inoffensif et encore inexploré de la botanique. Cet homme unique avait pourtant réussi à avoir une vie secrète dans laquelle il exprimait une partie de son être que ses vœux, ainsi que la société et la religion toute puissante de cette époque, le forçaient à sacrifier. Il entretenait sous le manteau, avec une assistante de vingt ans sa cadette, une correspondance très explicite sur les tenants et aboutissants de la sexualité dans tous ses aspects, tant physiques qu’émotifs.

_______________________________

Fortia Nominat
louis cyr
L’homme le plus fort du monde
BRYAN PERRO

Dans cette pièce de théâtre sur Louis Cyr, Bryan Perro nous plonge dans l’univers extravagant de ce Canadien français considéré comme l’homme le plus fort du monde. Soyez spectateurs de son dernier affrontement, moment fatidique qui ouvre la porte à de nombreuses réminiscences de son histoire hors du commun. Dans la gloire comme dans l’adversité, Louis Cyr apparaît tel un homme fier, courageux et maître de son destin.

_______________________________

moby dick
BRYAN PERRO
DOMINIC CHAMPAGNE

«Dans cette poursuite acharnée d’un terrifiant cachalot blanc, écrite par Herman Melville au milieu du 19e siècle, se joue l’affrontement fondateur du nouveau monde: le combat titanesque entre les forces de la nature et les obsessions humaines.

Pour découvrir la vie et le monde, le jeune Ishmael s’embarque sur le Pequod, un baleinier commandé par le redoutable capitaine Achab. À peine a-t-il le temps de faire connaissance avec l’équipage, venu de tous les coins du globe, qu’Achab annonce leur but ultime : ce ne sera pas une chasse à la baleine mais plutôt la mise à mort du monstrueux Moby Dick, qui autrefois l’a estropié.»

– Théâtre du Nouveau Monde